Affichage des résultats 1 à 5 sur 5

Discussion: Hypnose conversationnelle

  1. #1
    Kyrios est déconnecté Super Moderator Praticien en hypnose certifié - ARCHE
    Date d'inscription
    janvier 2005
    Messages
    786

    Par défaut Hypnose conversationnelle

    Bonjour à tous,

    Comme vous le savez, nous lançons un stage exclusivement dédié à l'hypnose conversationnelle en septembre prochain.

    En lisant tout ce que je pouvais trouver à ce sujet sur internet, j'ai été étonné des différentes vision que l'on trouve de cette forme d'hypnose, et des confusions qui semblaient en découler :

    Pour certain, l'hypnose ericksonienne est de l'hypnose conversationnelle, ce qui me semble faux puisque Milton Erickson utilisait autant la transe profonde que l'hypnose conversationnelle.

    Pour d'autres, toute communication qui contient des suggestions indirectes et une forme d'hypnose conversationnelle... là aussi, ca me semble un peu incomplet et peut être réducteur. Je ne crois pas qu'une personne qui a une vague connaissance du milton modèle soit capable de vraiment créer un contexte hypnotique dans une conversation !

    Donc voila quelque questions en vrac sur le sujet, afin de créer un petit débat constructif :

    - Qu'est ce que c'est pour vous l'hypnose conversationnelle ?
    - Est-ce l'état d'hypnose qui la caractérise ou la réaction d'un sujet à des suggestions cachées ?
    - Quels sont pour vous les outils indispensable pour la pratiquer ?
    - Quel est pour vous le rapport entre mentalisme (type derren brown) et hypose conversationnelle ?
    - Le lien entre rhétorique et hypnose conversationnelle ?

    Je redonne ici le lien vers la page de l'ARCHE qui y est consacrée : http://www.arche-hypnose.com//hypnos...ationnelle.php

    Kyrios
    Modérateur du forum

  2. #2
    Avatar de Gaelic
    Gaelic est déconnecté Administrator Praticien en hypnose certifié - ARCHE
    Date d'inscription
    août 2007
    Localisation
    Paris, France, France
    Messages
    1 071

    Par défaut

    Intéressant sujet. Puisque le débat est ouvert, allons-y !

    - Selon moi, l'hypnose tient à deux phénomènes fondamentaux : l'état modifié de conscience (transe) d'une part, et la réaction aux suggestions (verbales et non-verbales) d'autre part. L'hypnose conversationnelle doit à mon sens amener à créer des façons de communiquer qui amènent avant tout des réactions aux suggestions et à l'intention de l'hypnotiseur. Ces suggestions peuvent éventuellement amener un état de conscience particulier, mais celui-ci résultera plus des associations mentales et physiologiques actionnées par les suggestions (effet indirect) que par effet induit directement par l'hypnotiseur. L’utilisation des suggestions est avant tout verbal et para-verbal, étant entendu que l'intention et la congruence de l'hypnotiseur sont déterminants.
    L'hypnose conversationnelle permet donc d'influencer l'autre à un niveau subliminal et d'installer un changement passant complètement outre les barrières du mental conscient.

    - On voit que l'état d'hypnose en lui-même n'est pas l'élément déterminant de l'efficacité d'une suggestion à priori. Il sert plutôt d'accès conscient à des perceptions inconscientes. Quand on n'a pas besoin du conscient, on peut passer outre la transe hypnotique. C'est très bien illustré par la transe partielle, qui est un état dans lequel le conscient reste à un état conscient, et où l'inconscient s'exprime directement en même temps (on est à la fois réveillé et en transe). Idem lorsqu'on installe une paralysie ou une anesthésie chez un sujet tout à fait conscient.

    - Outils indispensables : Milton-Model et Meta-Model, Sleigh of mouths, patterns conversationnels, embed commands, protocoles de recadrages automatiques, strucutures à plusieurs niveaux (métaphores, histoires encastrées, ...) et techniques verbales d'interruption de pattern

    - rapport avec le mentalisme : aucune idée ??

    - réthorique et hypnose : il parait évident que ce sont deux disciplines extrêmement proches, encore plus qu'avec le travail de l'acteur par exemple. Les plus grands réthoriciens et déclameurs n'étaient-ils pas régulièrement amenés à faire ce qu'on appelle... de la thérapie ?
    Il s'agit là de créer avec les mots un univers mental dans lequel la personne peut s'absorber consciemment parfois, ou de suggestions passant invisiblement d'autres fois.
    Le parallèle avec la poésie n'est pas loin...
    Gaëtan Klein
    Méthode "Stopper le tabac en 1 séance" >> www.hypnose-anti-tabac.com

  3. #3
    Date d'inscription
    novembre 2010
    Localisation
    Lyon
    Messages
    6

    Par défaut

    Qu'est-ce que c'est pour vous l'hypnose conversationnelle ?
    Mon avis est le suivant : L’hypnose conversationnelle est une forme de communication utilisant une grande partie des « outils » de l’hypnose formelle en se libérant justement du cadre formel de l’hypnose.

    L’intérêt est de créer un « état modifié de conscience » chez l’interlocuteur sans que ce soit dit ouvertement. Ou plus précisément, communiquer avec l’inconscient de l’interlocuteur en évitant certains blocages conscients.
    Ainsi, les croyances que pourraient avoir l’interlocuteur sur l’état d’hypnose, sur l’inconscient, sur son état actuel, etc… n’interagissent pas avec la communication car tout est camouflé.

    C’est un peu le ninja de l’hypnose. Excepté que l’intention est toujours orientée vers le bien être du client. Bon disons le ninja blanc de l’hypnose.
    Sortez masqués, faites de l’hypnose conversationnelle. ;o)

    Je pense que l’hypnose conversationnelle est en fait synonyme d’une communication efficace (consciente et inconsciente).
    Si bien que certaines personnes font déjà de l’hypnose conversationnelle sans même le savoir.

    Est-ce l'état d'hypnose qui la caractérise ou la réaction d'un sujet à des suggestions cachées ?
    Cette question implique une définition de l’état d’hypnose. Et à chaque fois que je me pose cette question, bizarrement je vais dans cet état avant d’avoir la réponse (Mais comment je sais que j’y suis ? Euh … mon inconscient me répond.). C’est marrant comme l’inconscient est littéral.

    Mon avis par rapport à la question posée est le suivant:
    Je pense que lorsque l’interlocuteur répond à des suggestions « cachées » (pour le conscient), il y répond inconsciemment. A partir du moment où l’on communique (dans le sens dialogue et pas monologue) avec l’inconscient de l’interlocuteur, alors la communication est plus complète et donc plus efficace. C’est ma vision de l’hypnose.
    Et dans ce cas, elle est conversationnelle car elle n’est pas formalisée et elle est induite dans une conversation normale.

    Concernant l’autre partie de la question. Un état modifié de conscience (EMC) caractérise-t-il l’hypnose ?
    En fait, la question mérite vraiment d’être posée mais par contre je ne sais pas vraiment y répondre.
    Comme je ne trouve pas la réponse. J’ai toujours envie d’appliquer le méta modèle sur « état modifié de conscience » mais ça me donne à chaque fois le tournis.
    Etat modifié par rapport à quoi ? Par rapport à l’état ordinaire de conscience EOC. Ok mais ordinaire comment précisément ? Comment sait-on qu’on est dans un état ordinaire de conscience ? A partir du moment où on se pose la question n’est-on pas déjà en état modifié de conscience ? Si bien que peut-on vraiment savoir à quel moment on est en EMC ou EOC? …

    En revanche, lorsque l’inconscient nous répond, on sait qu’il nous a entendus.

    C’est marrant, je sais « induire » et « reconnaître » ce qu’on appelle communément l’état d’hypnose mais je ne sais toujours pas le définir ou plutôt j’en ai des définitions mais elles ne me semblent jamais vraiment coller.
    A chaque fois que je reviens à cette question, j’ai en tête cette phrase « Tout est hypnose ou alors rien ne l’est ». Je crois que c’est de Bandler ou Grinder ou peut être une partie de l’un et l’autre partie de l’autre.

    Je pense que ce qui caractérise l’hypnose conversationnelle est :
    - Elle n’est pas formalisée si bien que l’interlocuteur ne sait pas qu’il va y avoir « hypnose »
    - C’est une communication avec l’inconscient (comme l’hypnose formelle) mais du fait qu’elle est « camouflée » elle demande une calibration accrue des signaux minimes

    Derren Brown dans son livre « Tricks Of The Mind » (voir chapitre « What’s hypnosis ») donne diverses idées sur ce qu’est l’état d’hypnose. Je trouve qu’il y a un lien intéressant avec ce dont nous parlons.
    Je ne vais pas dénaturer ses propos en essayant de les expliquer. Mais j’invite les curieux qui ne connaissent pas déjà à y jeter un œil.

    Quels sont pour vous les outils indispensable pour la pratiquer ?
    Comme le dit Gaelic: à peu près tous les outils de l’hypnose.
    Si je devais mettre le focus sur certains, ce seraient :
    - UNE FORTE INTENTION (une bonne synchro)
    - UNE FORTE CONFIANCE : ça va être évident. Je suis juste curieux de voir comment ça se manifeste chez mon interlocuteur ?
    - Une bonne maîtrise des ANCRAGES (tous types : visuels, auditifs et kinesthésique)
    - Bien sûr l’ensemble des suggestions et en particulier le SAUPOUDRAGE.
    - LES RUPTURES (verbales et non verbales), Les changements de rythmes
    - UNE TRES, TRES BONNE CALIBRATION

    Quel est pour vous le rapport entre mentalisme (type derren brown) et hypnose conversationnelle ?
    Je pense qu’il n’y a pas de mentalisme sans communication (dans le sens dialogue) d’inconscient à inconscient (où hypnose conversationnelle dans l’idée que je m’en fais)


    Le lien entre rhétorique et hypnose conversationnelle ?

    Je pense qu’un bon orateur est forcément hypnotique (consciemment ou inconsciemment). Mais je ne connais pas assez ce qu’on entend par « rhétorique » pour m’avancer. Apparemment, il y aurait une différence entre les deux ancrages que sont les mots « rhéteur » et « orateur ».
    Jordan
    « If the doors of perception were cleansed everything would appear to man as it is, infinite. »
    William Blake

  4. #4
    Avatar de Jeand
    Jeand est déconnecté Praticien en hypnose certifié - ARCHE Praticien en hypnose certifié - ARCHE
    Date d'inscription
    juin 2009
    Localisation
    Paris - Avignon - Nice
    Messages
    19

    Par défaut

    Bonjour les amis et merci pour cette conversation passionnante

    Je suis bien sûr complètement d'accord avec tout ce que vous dites (oui, oui).

    Puisque la formation en hypnose conversationnelle démarre dans moins de deux semaines, voici quelques croyances personnelles.

    Finalement nous sommes toujours dans un état de conscience restreint par rapport à tout ce que nos sens, eux-mêmes imparfaits, enregistrent en permanence. Dans ce sens effectivement tout est hypnose ou rien n'est hypnose. Si bien que l'hypnose conversationnelle, et l'hypnose tout court, peuvent prendre autant de formes qu'il y a de contextes, d'objectifs, de personnes… De même, l'hypnose conversationnelle peut être employée (et modélisée) dans le spectacle, la négociation, la médiation… et au fond dans toute forme de communication, n'est-ce pas ?

    Dans tous les cas, je crois, il s'agira d'avoir un temps d'avance. D'épouser tout ce qu'est l'autre et d'orienter la danse. D'avoir une conscience si fine de la relation, que l'opérateur pourra amener la pensée, les émotions, et donc les comportements, de l'interlocuteur, là où il aura choisi de les conduire. N'est-ce pas cela, induire un état modifié de conscience ?

    Après, quel état de conscience… Cela ne dépend-il pas du but poursuivi ?

    Dans le cadre de la première édition de la formation, en septembre, le but sera d'accompagner l'autre vers ce qu'il recherche consciemment et inconsciemment. Et donc de le suivre souvent, pour ne reprendre le lead que lorsque les mouvements de son esprit le conduisent à l'impasse, afin de redéfinir les cadres dans lesquels l'interlocuteur inscrit sa recherche de solutions..

    Puisque, d'une certaine manière, conversationnel pourrait, en matière d'hypnose, être synonyme de discret, caché, informel, invisible…, on ne cherchera pas, et encore moins dans l'orientation thérapeutique, à créer des "effets". En revanche on recherchera des moments prolongés de rupture de pattern. Ruptures de pattern vues ici comme des moments de suspension des fonctionnements mentaux habituels, afin de libérer l'esprit des limites créées par le goût de la conscience pour la continuité,

    Un espace-temps où l'on quitte les rives du connu pour s'avancer vers un océan de nouvelles possibilités. Cela peut-être très rapide, comme dans un recadrage. Ou plus long et plus métaphorique comme dans une introspection prolongée… euh, une transe.

    Concernant la rhétorique, c'est Aurélien le spécialiste. Pour ce que j'en comprends, elle évolue entre deux acceptions : "l'art de persuader" et "l'art de bien parler". Dans un cas comme dans l'autre elle est donc au minimum un instrument linguistique de l'hypnose conversationnelle, dans lequel certaines structures langagières favorisent le déplacement de la conscience. S'il s'agit d'art de persuader, où sont les frontières entre persuasion, manipulation et hypnose ? Dans quelle notion intègrera-t-on, par exemple, la mise en scène de la relation ou l'état interne de l'opérateur ?

    Enfin, il existe de nombreuses techniques de manipulation plus ou moins respectueuses de l'individu. La formation aura aussi pour but de permettre à chacun de décoder plusieurs de ces procédés afin de savoir s'en protéger et de transmettre cette connaissance.

    En espérant vous avoir gardés sur votre faim.

    Amitiés et à très bientôt

    Jean

  5. #5
    kevin est déconnecté Administrator Praticien en hypnose certifié - ARCHE
    Date d'inscription
    décembre 2004
    Messages
    280

    Par défaut


    Bonjour !

    Qu’est-ce que l’hypnose conversationnelle ? Vaste question ! Je pense que plusieurs points de vue commentaires sont possibles.

    Pour ma part – et je reprends là l’idée de Jean - l’hypnose conversationnelle est avant tout une forme d’hypnose invisible, indétectable (rien à voir donc avec le simple fait d’utiliser quelques suggestions indirectes dans une induction)

    C’est une matière très vaste puisqu’elle englobe à mon sens :

    - L’art du comédien
    - La rhétorique
    - La maîtrise des outils d’influence et de séduction
    - Les outils de PNL (principalement ceux décrits dans « structure of magic » et « hypnotics patterns of Milton Erickson, mais aussi ceux de M. Hall)
    - Une compréhension précise des tactiques et stratégies inhérente à un échange dirigé, ainsi que sa scénarisation
    - Le décodage et l’analyse du langage non verbal (Je pense surtout au travail de P. Ekman)
    - Et les outils de l’hypnose moderne, évidemment.

    C’est donc une matière complète qui demande à la fois de maîtriser le fond (les techniques) et la forme (Voix, gestuelle, corps….). Elle est à mon sens la forme d’hypnose la plus aboutie et je crois qu’elle est destinée à se développer de façon exponentielle dans les prochaines années.

    Je pense que pour en avoir une vision précise une question se pose : qu’est ce qui est hypnotique dans notre monde ? J’entends ici hypnotique dans l’utilisation la plus courante du terme, lorsqu’on dit « telle musique m’a hypnotisée » ou « telle sculpture, tel film, tel voix, tel regard… » m’a hypnotisé. Il y a des éléments à comprendre et à apprendre de tout ce qui est de près ou de loin hypnotique autour de nous, des règles à en déduire, des éléments à modéliser… une personne qui utilise bien l’hypnose conversationnelle peut être hypnotique en permanence et créer à volonté un contexte qui renforce cette sensation.

    Kévin FINEL
    Thérapeute, coach, formateur en hypnose Ericksonienne
    Président de l'ARCHE

Informations de la discussion

Utilisateur(s) sur cette discussion

Il y a actuellement 1 utilisateur(s) naviguant sur cette discussion. (0 utilisateur(s) et 1 invité(s))

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •